Cigarettes électroniques : comment font les mineurs pour s'en procurer ?

Cigarettes électroniques : comment font les mineurs pour s'en procurer ?

Aucun commentaire

Encore connues sous l'appellation d’E.-cigarettes, ou de vapoteuses, les cigarettes électroniques sont disponibles en une multitude de formes et de couleurs, néanmoins le principe, lui, est le même sur toute la ligne. Elles contiennent un liquide aromatisé que l'utilisateur se charge de vaporiser, d'inhaler et de rejeter sous forme de vapeur. Cependant, le code la santé publique en France, interdis avec rigueur aux commerçants la vente de ces produits aux mineurs. Découvrez comment ils font pour en consommer pourtant.

Méthodes des mineurs pour avoir accès aux cigarettes électroniques

Il faut dire que les vendeurs qui pratiquent avec conscience et professionnalisme la commercialisation des cigarettes électroniques se conforment à la loi. Et pour ce faire, ils exigent du client la présentation d'une pièce d'identité prouvant sa majorité avant de lui servir le produit. Plus de détails à voir ici. Ces restrictions peuvent laisser croire qu'il est impossible pour les mineurs d'avoir accès à la vape. Ce n'est qu'une illusion, car ils sont des milliers en disposer. En effet, chaque groupe possède sa méthode, à commencer par ceux qui s'achètent les cigarettes électroniques en deuxième main. Et la demande par les adolescents est tellement forte qu'aujourd'hui un business parallèle au marché est en vogue sur Internet. Dans ce cas, il suffit que l'âge du client soit au-dessus de 18 ans pour s'acquérir le produit et le revendre à qui il veut.

Autres méthodes classiques qu'utilisent les mineurs

Dans certains cas, ce sont les parents qui se procurent les cigarettes électroniques pour leurs enfants en prétextant que, comparativement aux cigarettes traditionnelles, elles sont moins nocives. Certes, c'est vrai, mais le danger n'est pas écarté étant donné que les fumeurs ajoutent à la vape d'autres liquides qui s'avèrent très dangereux pour le développement cérébral. Dans d'autres cas, c'est une question de complicité entre les vendeurs et les mineurs.